ASTRO : Pourquoi tu as du mal à trouver l’amour ?

« Pourquoi je n’arrive pas à trouver l’amour ?  » Ou encore « Pourquoi je rencontre toujours les mauvaises personnes ? » sont des questions que la plupart d’entre nous ce sont posés.

Aujourd’hui dans cette vidéo (que tu retrouveras sur ma page facebook ACCRO AU bONHEUR) , j’aimerai te donner des éléments de réponse qui te permettront sans doute, si tu es dans ce cas, de voir ta situation sous une nouvelle perspective et de relativiser. Non, tu n’es pas condamné.e à être éternellement malheureux.se en amour.

POUR CEUX ET CELLES QUI PRÉFÈRENT LIRE 

Selon certaines indications astrologiques, certaines personnes ne sont pas censées s’installer en couple et se marier avant l’âge de 30 ou 40 ans, c’est-à-dire plus de 40% d’entre nous. Malgré tout, la plupart des couples se marient dans la vingtaine, ce qui signifie que s’ils se marient ou s’installent trop tôt dans un couple, c’est avec le risque accru de se séparer parce qu’ils sont immatures émotionnellement, malheureux ou instables.

Parfois, tu peux être la personne la plus aimante et attentionnée du monde, mais si dans ton thème quelque chose indique que l’expérience d’une relation amoureuse satisfaisante est prévue plus tard dans ta vie, il y a de fortes chances que tu brises des coeurs ou que le tien soit brisé, ou encore que tes relations amoureuses soient difficiles jusqu’à ce que tu aies atteint l’âge de la maturité amoureuse.

Les indicateurs astrologiques de l’amour tardif

Il existe quelques indicateurs astrologiques qui te permettront d’identifier si tu fais partie du groupe des personnes qui doivent gagner en maturité amoureuse et qui trouveront l’amour qu’elles souhaitent expérimenter après 30 ans voire après 40 ans. Ou si tu es déjà dans une relation de prendre le temps de la laisser mûrir et attendre après 30 ans voire après 40 ans pour se marier.

Prend ton thème natal que tu pourras faire gratuitement et rapidement sur astrothème.fr et prend note de ce que tu dois rechercher !

Pourquoi tu as du mal à trouver l'amour _ - accroaubonheur.png
Alors quels sont les signes que tu dois rechercher ?

Saturne et les Noeuds lunaires dans la maison 7
Tout d’abord regarde si tu as Saturne ou un des Noeud de la Lune dans la 7ème maison qui est la maison des relations et du mariage notamment le contrat de mariage.
Saturne représente tout ce qui a besoin de prendre du temps, ce qui mûrit lentement, ce qui nous teste aussi, ce qui va demander des efforts, voire des compromis tout cela dans le but d’aller à l’essentiel, d’être authentique, de construire quelque chose sur des bases solides.

Saturne est la garantie sur le long terme de pouvoir connaître une relation stable mais cela va devoir passer par un certains nombres de tests et obstacles à surmonter. Saturne t’indique qu’il va falloir que tu fasses preuve de patience pour trouver la bonne personne ou si tu la trouver jeune, il va falloir laisser votre relation maturer souvent à travers l’expérience de difficultés et de souffrance.

Ascendant Cancer et Lion
Cette interprétation s’applique aussi si tu as un ascendant Cancer ou Lion car les signes présents dans ta maison 7 est soit le Capricorne soit le Verseau qui sont tous les deux gouvernés par la planète Saturne.

Les Noeuds lunaires

Le Noeud Nord de la Lune dans la maison 7 signifie que tu vas tendre vers le désir de former un couple solide cependant, cela va te demander un certain effort, car ta tendance naturelle est de te faire passer avant l’autre. Il va te falloir apprendre à penser en terme de couple, à être plus dans le don de soi.

Au contraire le Noeud Sud de la Lune dans la maison 7 signifie que tu as sans doute été dans une vie antérieure trop dépendante de ton partenaire de vie ou tu as sacrifié ton être à une relation, t’oubliant toi-même et ton objectif de vie aujourd’hui est tourner vers toi-même, l’autre passant ainsi au second plan.

La 6 ème maison

En astrologie, chaque maison est dirigée par la planète maîtresse du signe.
Si la planète qui dirige la maison 7 est dans la 6 ème maison, qui est considérée comme une maison de dettes karmiques là aussi la stabilité amoureuse arrivera après 30 ans voire après 35 ans.

Par exemple, mon mari et moi nous nous sommes mariés cette année, âgés respectivement de 32 et 34 ans. Nous nous sommes rencontrés lorsque nous avions respectivement 26 et 28 ans. Mon conjoint a un ascendant cancer avec le signe du capricorne en 7 ème maison. Saturne, planète maîtresse de la maison 7 est dans la maison 6, sans compter sa Vénus qui est rétrograde en maison 5. Donc il était clair que la route qui le mènerai au grand amour ne serait pas tranquille. En ce qui me concerne, avec mon ascendant en Balance, le Bélier est donc en maison 7. Mars, la planète maîtresse du Bélier n’est pas en maison 6 mais est dans la même maison que Saturne, ce qui présage aussi de difficultés en amour. Avant notre rencontre, je n’avais pas la connaissance de ces blocages à l’expérience heureuse de l’amour et c’est grâce à notre relation amoureuse que j’ai pris conscience de ces indicateurs et que nous avons fait le choix conscient de grandir avec notre relation dans l’acceptation des épreuves, parfois particulièrement difficiles, quelle nous offrait. Le choix de nous marier a donc été mûrement réfléchi et signait l’engagement solide représenté par la Saturne, qui sait récompenser avec le temps ceux qui ont su relever ses tests et les efforts qui ont été fournis.

Vénus, Saturne et les Noeuds lunaires

Si tu as Vénus en Capricorne ou Vénus dans le même signe que Saturne ou les Noeuds de la Lune ; Vénus étant la planète de l’amour et des relations, Saturne ou le Noeud Nord retardent là encore l’expérience d’un amour mature, il te faudra d’abord travailler sur certaines questions notamment l’expression des émotions, la dépendance affective, le respect, et la notion de limite.

La Lune, Saturne et les Noeuds lunaires

La Lune en capricorne ou la Lune dans le même signe que Saturne ou les Noeuds lunaires peuvent être aussi un signe indicateur.

Saturne et Noeuds lunaires angulaires

Saturne et les Noeud lunaires dans les maisons angulaires – c’est-à-dire en maison 1, 4, 7 et 10 amène à une réussite plus tardive dans la vie dans son ensemble, ce qui inclut généralement aussi les relations.

Cependant, cela ne veut pas dire que tu ne peux pas rencontrer le véritable amour avant 30 ans. Cela est possible simplement, la relation sera testée. Elle demandera une maturité spirituelle et émotionnelle importante pour que tu puisses la faire fonctionner que seul un travail sur soi pourra apporter. Or certaines personnes auront toujours du mal quand il il s’agit des relations et aucun test de la vie ne les aideront à mûrir ou à apprendre à être satisfait dans les relations, s’ils ne le décident pas eux-mêmes !

Mes conseils pour toi, si tu as ces signes indicateurs dans ton thème.

Si tu es célibataire, fais preuve de patience, prends soin de toi et apprends à te connaître avant de vouloir être sauvé.e ou comblé.e par quelqu’un d’autre, travaille sur tes blocages ou tes peurs en lien avec les relations. Embrasse les relations que tu formes sachant que chacune d’elle t’apprendra quelque chose et t’aidera à devenir meilleur.e. Cela ne dois pas t’empêcher pas de penser à cette personne spéciale avec qui tu aimerais partager ta vie, bien au contraire, écris une vision claire de cette personne que tu reliras souvent en sachant que tôt ou tard elle croisera ton chemin. Ce retard imposé par la vie ressemble à la maturation d’un bon vin. Fais en sorte de devenir ce bon vin.

Si tu es en couple et que tous les deux être certains d’avoir rencontré la bonne personne, je vous conseille alors de tenir bon face aux tests de la vie et d’avoir confiance en votre amour. Un des signes que vous êtes sur la bonne voie est que de chaque épreuve vous en sortirez grandis et plus profondément connectés.

Si tu as des questions, poste les en commentaires, j’y répondrai avec plaisir 😉 et si tu penses que cette vidéo pourrait être profitable à quelqu’un d’autre, tu es libre de la partager ! 

Je te remercie d’avoir pris ce temps pour me lire ou pour m’écouter et je te dis à bientôt dans une autre vidéo !

Sarah @accroaubonheur

 

5 Questions à te poser si tu veux vraiment changer

Le changement  fait partie inhérente de l’existence. Cependant cela peut être une démarche douloureuse, surtout lorsque cela semble nous être imposé. Parfois on se bute à des obstacles et l’on perd temps et énergie à tenter de les détruire au lieu d’envisager que, peut-être, c’est de voie qu’il faudrait changer.

Il existe plein d’opportunités dans la vie pour se connecter avec ce que tu veux vraiment mais combien de fois prends-tu le temps de te poser et de te demander comment tu peux transformer ta vie pour le meilleur ?

5 questions à te poser si tu veux vraiment changer - accroaubonheur.png

Aujourd’hui, j’ai 5 questions à te poser si tu veux vraiment changer.

Se poser des questions – les bonnes questions – est une action puissante, qui te permet de débloquer des situations, de vivre des moments d’épiphanie et de te réaligner avec qui tu es.

D’ailleurs si tu l’ignores, j’ai lancé un défi gratuit de développement personnel « 30 jours à la découverte de soi » qui utilise le pouvoir du questionnement pour mieux se connaître et opérer à petits pas des changements positifs ; donc si ce n’est pas le cas, rejoins-nous aujourd’hui ! C’est par ICI « Les Clés d’Accroaubonheur »!

Défi 30 jours à la découverte de soi - les clés d'accroaubonheur (1)
https://www.facebook.com/groups/lescledaccroaubonheur/

J’ai à cœur de te proposer 5 questions qui t’aideront à identifier si tu es prêt.e à effectuer les changements nécessaires pour améliorer ta vie.

Mais avant, comment dois-tu procéder ?

Tu peux :

  • soit prendre un carnet sur lequel écrire les réponses à ces questions, 
  • soit simplement méditer sur les questions.

Malgré tout, je te conseille vivement de conserver une trace écrite de ta réflexion car cela te permettra de pouvoir y revenir mais, surtout, cela enverra un message à ton subconscient que tu es dans une démarche réelle de changement. 

Voici les 5 questions à te poser si tu veux vraiment changer :

Question 1: Qu’est-ce qui me préoccupe particulièrement ? Qu’ai-je besoin de changer chez moi ou dans ma vie pour me sentir mieux ?

Question 2 : Suis-je prêt.e à changer ? Pourquoi ?

Question 3 : Suis-je prêt.e à accepter la souffrance que cela implique si je n’effectue pas le changement nécessaire ?

Question 4 : Qu’est-ce que je veux vraiment pour moi ?

Question 5 : Qu’est-ce que je peux faire dans les 2 semaines à venir pour aller dans le sens du changement ? citer trois actions.

Une fois que tu as écrit tes réponses à ces questions, évidemment à ton rythme – prends le temps d’y répondre éventuellement une question par jour pour ne pas te sentir  acculer – reviens régulièrement relire tes réponses afin d’être sûr que tu passes à l’action.

Je te remercie d’avoir lu cet article et j’espère qu’il te sera utile.
Merci de le partager, si tu as à cœur d’aider un proche qui en aurait besoin ou tout simplement de faire du bien autour de toi !

Prends soin de toi.

Sarah

LA LUNE ET VOUS : Extraits du livre + Utiliser la magie lunaire de la Pleine Lune du 28 juin pour attirer le meilleur à soi.

Il y a quelques mois, grâce aux encouragements d’une amie médium, j’ai envoyé mon livre « La Lune et Vous » à différentes maison d’édition pour une éventuelle publication.

4 mois plus tard, le voilà prêt à être disponible pour un large public en version papier. Si tu le désires, tu peux déjà l’obtenir en e-book téléchargeable en cliquant ici !

couvlaluneetvous1

Dans mon livre, je t’invite à découvrir quelle influence la Lune peut avoir sur toi. Tu accèdes à des informations précieuses sur sa position dans ton thème natal afin de mieux te connaître et répondre à tes besoins et ceux de ton entourage. J’aborde la question de l’amour et l’amour de soi. Je t’introduis enfin à l’utilisation du cycle de lunaison pour améliorer ton quotidien et pratiquer ce que j’appelle la magie lunaire. L’écriture de mon ouvrage a été largement motivée par l’intérêt croissant pour mes deux articles sur la Lune publié sur le blog que tu peux lire ici et ici.

Je te propose de lire un court extrait de mon livre que tu peux télécharger ci-dessous en format pdf.

Extraits-La Lune et Vous – Sarah Choisy – Accroaubonheur

Je te laisse avec les paroles de ma correctrice D. B. que je remercie pour son travail et ses encouragements.

« Chère Sarah,
[…] j’ai trouvé votre manuscrit tellement clair et bien écrit que je me suis jetée sur le site astrothème pour connaître ma lune et celle de ma fille… de plus, je commence déjà à rédiger mentalement mon rituel pour l’effectuer à la pleine Lune… […] En bref, je vous félicite et je suis sûre que vous allez trouver votre public… »

sagesse marocaine - La Lune et Vous - accroaubonheur
photo credit by luizclas from Pexels

Magie Lunaire de la Pleine Lune du 28 juin

Le 28 juin 2018, la Pleine Lune sera en Capricorne, clôturant un cycle de réalisation qui a démarré avec la Nouvelle Lune du 16 janvier 2018. Le signe du Capricorne nous apporte des énergies puissantes pour concrétiser nos ambitions personnelles de manière méthodique et réaliste ainsi que retrouver de la stabilité. Le Soleil étant en Cancer, l’axe énergétique de ces deux signes nous demande de faire un travail particulier touchant les secteurs liés au foyer, à la famille au sens large, à l’enracinement, aux responsabilités professionnelles.

Je te propose de faire un rituel d’intention ce mercredi 28 juin 2018 afin de mettre toutes les chances de ton côté dans ces secteurs de vie. Si tu recherches une stabilité matérielle, un logement, ou si tu as besoin de passer plus de temps avec ta famille ou encore si tu as un projet touchant ta famille (projet bébé par exemple ) ou ta carrière, notamment si tu souhaites une promotion, je t’invite alors à travailler avec les énergies de l’axe Cancer/Capricorne.

Le rituel d’intention en 5 étapes

Voici une présentation succincte du rituel d’intention que je pratique et que je détaille dans mon livre « La Lune et Vous ». Adapte-le à ta convenance !

1.Prépare sur une feuille une prière d’intention la plus simple possible formulant clairement ta demande. Par exemple  » Je vais trouver le logement idéal pour moi et ma famille… (Autorise toi à décrire le logement en question) Je vais le trouver avant le…(donne une date butoir).

Pour la date butoir, je te conseille de voir suffisamment loin pour ne pas être dans le stress de l’attente. Une date deux-trois mois après ton rituel d’intention devrait être le minimum. Cela ne veut pas dire que ta demande ne peut pas se réaliser plus tôt mais au moins, tu éviteras d’être dans la peur de l’échec en restant réaliste concernant le facteur temps

2.Allume une bougie pour te mettre dans une disposition douce et méditative.

3.Ensuite ta feuille dans les mains, ferme bien les yeux, imagine toi à l’intérieur d’une bulle pleine de douceur et d’amour.

4.Quand tu te sentiras prêt.e, ouvre les yeux et lis ta prière d’intention à voix haute avec assurance.

5.Enfin, brûle-la à la lumière de ta bougie et retourne à tes occupations.

Puis laisse la magie naturelle se faire !

 

J’ai jeûné pendant 10 jours

Il y a un peu plus de 15 jours maintenant, j’ai décidé de réaliser un challenge que je m’étais donné depuis longtemps : celui de jeûner plus de 3 jours. C’est à dire ne plus manger et/ou ne plus boire pendant 10 jours.

Je partage ici mon expérience. Je ne suis ni une experte du jeûne, ni un docteur donc si vous tentez l’expérience à la suite de la lecture de mon article, je vous invite à bien vous documenter et éventuellement, s’il est ouvert à la question, d’en parler avec votre médecin traitant.

challenge10joursdejeûne

Les objections les plus virulentes au jeûne sont faites par ceux qui n’ont jamais manqué un repas. Dr. H. SHELTON ( 1895 – 1985)

La première fois que je me suis intéressée au jeûne, j’avais environ 13 ans. Mon père avait dans sa large bibliothèque le livre de Herbert W. SHELTON, hygiéniste, « Le Jeûne ». J’ai été tout de suite fascinée. Moi aussi je voulais jeûner ! Vu tous les bienfaits pour la santé physique, mentale et spirituelle qu’il dépeignait dans son livre, le jeûne m’apparaissait comme une panacée.

J’étais déjà très intéressée par tout ce qui avait trait à la nutrition et à la manière dont je pouvais maintenir une santé optimale. Et dans un esprit survivaliste, je voulais être capable un jour où la nourriture viendrait à manquer, de pouvoir m’en passer un bon moment.

Au fil des années, j’ai tenté d’expérimenter avec le jeûne. Je pratiquais déjà ce que l’on appelle aujourd’hui le jeûne intermittent. J’avais tenté le jeûne hydrique plusieurs fois mais je tenais difficilement plus de 3 jours. Mes expériences de jeûne sec ne dépassèrent pas les 48h.

A l’époque, je n’étais nullement en surpoids ; je voulais simplement prévenir les risques de diabète, d’éventuels cancers et vivre âgée et en bonne santé. Je faisais aussi attention à mon alimentation car j’avais développé des réactions à un certain type d’aliment et mon intestin était irrité. Je faisais donc en sorte de ne manger que ce que mon corps supportais bien et qu’il aimait.

Mes objectifs pour pratiquer le jeûne sont toujours les mêmes qu’hier : avoir une santé optimale.

Ces derniers mois ont été particulièrement stressants pour moi et mise au repos, j’ai décidé d’effectuer une action radicale pour me donner un coup de fouet et me recentrer : faire un jeûne de 10 jours. Meilleur moyen pour lâcher prise de tout.

J’ai donc commencé mon jeûne le 31 mai 2018 et je l’ai rompu le 12 juin 2018.

Durant cette période de 11 jours, le jeûne s’est merveilleusement bien passé les 7 premiers jours. Le 3 ème jour fut le plus difficile à cause de mon humeur grognon et la lutte mentale qui est apparu clairement entre le désir de continuer et le fait de se laisser aller à la tentation de mettre quelque chose à la bouche. Et ensuite plus rien. J’avais dépassé cette peur de ne pas être capable de vivre sans manger et en étant bien.

Les 4 premiers jours, j’ai pu faire du sport et ensuite, je me suis sentis physiquement ralentie. Je n’avais plus qu’une envie : c’était de me laisser aller à l’expérience.

A partir du 8 ème jour, j’ai décidé d’effectuer un jeûne sec jusqu’à la fin du challenge. Et des douleurs et spasmes au ventre se sont réveillés à cette période-là. Je pense que j’expérimentais ma première crise d’auto-guérison. Comme je vous l’ai dit plus haut, je souffre des intestins et j’ai toujours su apaiser le mal. Ces derniers temps, mon alimentation était loin d’être aussi respectueuse de mes besoins corporelles que je l’aurais souhaité donc je ne fus pas surprise d’avoir ces maux de ventre.

J’ai effectué un lavement pour soulager mes spasmes puis j’ai laissé mon ventre au repos jusqu’à la fin de mon jeûne. Pour te dire franchement, j’aurai aimé continué. Cependant, je prépare un mariage et un déménagement en même temps et il faut que je compose avec ma baisse d’énergie et ma vie de famille, donc mon conjoint m’a gentiment demandé de revenir à un rythme d’alimentation plus normal, ce que j’ai pu comprendre.

Qu’est-ce que le jeûne ?

Le jeûne est à la fois un état physiologique et un processus.

Un état physiologique que nous expérimentons tous entre notre dernier repas du soir et notre petit déjeuner par exemple. Tu remarqueras que l’on parle de dé-jeûner (pas bête les anciens !)

un processus par lequel un être vivant fait le choix de s’abstenir de nourriture et/ou d’eau pendant un certain laps de temps dans un but thérapeutique. Si tu ne l’avais pas remarqué, observe comme les animaux et les enfants malades jeûnent spontanément pour retrouver leur équilibre.

Aujourd’hui, tu entend parler de jeûne de jus de fruits ou de mono-diète. Au sens stricte du terme, jeûner c’est s’abstenir de toute nourriture et ou de toute boisson – sauf l’eau. Certains pratiquants du jeûne boivent du thé ou du café pendant le jeûne, voire des bouillons de légumes. Par expérience, je ne le conseille pas. Cela rend l’expérience du jeûne plus difficile. Notamment parce que le café ou le thé sont des excitants et que tout autre chose que de l’eau ou l’absence d’eau peut stimuler l’envie de manger.

Jeûner est donc avant tout un outil de santé naturelle, et n’a rien avoir avec la malnutrition et le fait de se laisser mourir de faim.

Pourquoi jeûner ?

« Jeûner est une méthode scientifique pour éliminer les tissus malades, les matières morbides. » Carrington, Physical Culture, 1915

Comme tu l’auras compris, le jeûne est une forme de thérapie holistique. Lorsque l’on jeûne, nous donnons l’opportunité à notre corps et à notre esprit de faire un nettoyage profond et de lâcher prise. En ce qui concerne le corps, on lui permet de s’auto-guérir et de se désintoxiquer par le biais d’un phénomène que l’on appelle « autophagie », par lequel les cellules malades qui stockent les toxines sont « mangés » et transformées en source d’énergie.

Si tu désires en savoir plus, je t’invite à visionner les vidéos sur le jeûne d’un herboriste que j’ai découvert il y a seulement quelques mois, Thierry Casasnovas, et que je trouve être les plus complètes.

Quels sont les bienfaits du jeûne ?

Les bienfaits du jeûne sont nombreux et la liste que je vais te donner n’est nullement exhaustive, d’autant plus qu’il reste nombre de choses à découvrir sur les vertus du jeûne.

La régulation du poids corporel

Le bienfait le plus évident est un retour à un poids de santé que l’on soit en surpoids ou en sous-poids. En effet, lorsque l’on jeûne, nous perdons du poids et de la masse grasse. Cependant, lorsque la reprise alimentaire se fait correctement, une personne qui désire perdre du poids le perd définitivement, et une personne en sous-poids reprend du poids. Car le jeûne peut rétablir l’équilibre hormonal qui a généré les problématiques de surpoids et de sous poids.

Une peau plus belle

On l’oublie souvent mais la peau est un organe et pendant le jeûne, on peut observer des problématiques de peau telle que l’acné et le psoriasis disparaître avec une pratique régulière du jeûne. En ce qui me concerne, ma peau a pelé, et elle est devenue plus douce, surtout lors de la période de jeûne sec.

Une plus grande clarté mentale, une plus grande intuition

C’est dingue comme le fait de manger peut ralentir le processus mental. Et la nature de ce que l’on mange a un véritable impact sur la nature de nos pensées. Quand j’ai repris l’alimentation, c’était évident. Et je sais maintenant quelle catégorie d’aliments tend à me rendre carrément dépressive.

Un lâcher prise

J’avoue avoir vraiment lâcher prise avec tous les soucis qui me travaillent depuis des mois. C’est comme si mon mental allait à l’essentiel et ne se focalisait que sur ce qui était positif. J’ai la chance d’avoir un jardin et profiter de la nature pendant le jeûne est un must. Les sens sont ouverts différemment. Le rapport au monde est beaucoup plus apaisé.

Des rêves vivides

Une meilleure relation à la nourriture

Cela se prépare. Il est important de penser l’après-jeûne car le retour à la nourriture solide peut être brutal après une période longue de jeûne. Etant donné que les sens sont exacerbés pendant et encore un peu après le jeûne, tu ressentiras tout de suite si ton corps aime ou non un aliment et si cela lui fait du bien. En tant qu’être humain, nous sommes capables de nous habituer à tout, cependant cela ne veut pas dire que cela est bon pour nous. Tu peux croire qu’un aliment que tu manges depuis des années ne nuit pas à ta santé mais, après le jeûne, tu peux prendre conscience qu’il génère au contraire un malaise intestinal.

La guérison de maladies de peau et autres maladies dites incurables.

L’augmentation de la longévité.

Combien de temps jeûner ?

Cela dépend de ta capacité adaptative. En principe, notre corps a suffisamment de réserves de graisse pour que tu jeûnes entre 40 jours et 10 semaines.

Par expérience, si tu désires t’embarquer dans l’aventure du jeûne seul.e, mais que tu n’as jamais jeûner auparavant, je te conseille de commencer par faire des jeûnes courts. Cela peut être d’abord sauter un ou deux repas dans la journée – donc faire un jeûne intermittent. Puis faire 24 h sans manger une fois par semaine, pour ensuite passer à 48 h voire 72 h de jeûne.

Tu as besoin de t’adapter à la fois au niveau physique et au niveau émotionnel.

C’est parce que mon corps a été habitué à jeûner que je suis capable aujourd’hui de jeûner sur une période allant au-delà de 3 jours sans me faire violence. Car il n’y a rien de pire que de s’obliger à jeûner alors que le corps et l’esprit ne sont pas alignés avec cette idée. Quand les « bonnes » conditions sont là : le corps est prêt à vivre le processus du jeûne. Et l’expérience peut être une expérience apaisée.

Oui, parfois c’est très inconfortable, surtout les trois premiers jours en ce qui me concerne mais la nouveauté, l’inconnu implique de sortir de sa zone de confort. Jeûner est une expérience quasi contre-nature pour l’homme moderne, occidentalisé, habitué à une abondance de nourriture.

Pourquoi se priver de nourriture ou d’eau ? L’abondance alimentaire n’est-elle pas la preuve de santé ? Et pourtant, le nombre d’obèses et de malades diabétiques, cancéreux et auto-immunes augmentent. Parfois, la solution se trouve dans le fait de ne rien faire…de laisser faire.

Tu n’en es peut-être pas conscient, mais ces peurs de manquer qui font parties de notre inconscient collectif, lorsque tu jeûnes pour la première fois, elles refont surface. La nourriture t’apparaît comme une drogue dont tu ne peux te passer. C’est à ce moment là que tout se joue : il te faut dépasser tes peurs, tes croyances erronées sur ton rapport à la nourriture, mais aussi sur ton rapport au monde. Car un court instant, tu te marginalises et c’est loin d’être évident à assumer.

Vivre, ce n’est pas manger. Le jeûne t’invite à être à l’écoute de soi-même. Il n’y a pas de notion d’échec.

Comment se préparer à jeûner ?

Comme tu as pu le comprendre, je pratique le jeûne depuis des années déjà. Ce qui m’a permis de réussir mon challenge de 10 jours de jeûne sans trop de difficultés.

L’importance de la préparation mentale

Cependant, je me suis mentalement préparée à la chose en écrivant une programmation mentale en mars – donc 3 mois avant – que tu peux réutiliser ou reformuler si l’expérience te tente.

« Je vais jeûner facilement avant mon mariage avec grâce. »

De plus si tu es spirituel ou croyant, tu peux prier. Le jeûne et la prière sont intimement liés dans la plupart des religions et pour la première fois de ma vie, je priai pour avoir une aide et un soutien que mon expérience du jeûne soit belle et je peux grandement affirmée que ma prière a été entendue. Car mis à part la crise d’autoguérison que j’ai eu les trois derniers jours, ce fut un jeûne merveilleux où je me suis sentie vraiment en paix.

J’ai aussi beaucoup lu d’articles et de témoignages sur le jeûne. J’ai regardé les vidéos de la chaîne youtube Regenere et que je recommande vraiment.

J’ai fait tout cela dans le but de conditionner et préparer mon mental à l’expérience, car tu t’en rendras rapidement compte : les blocages au jeûne sont avant tout mentaux et émotionnels.

Aujourd’hui, je ne jeûne plus. J’ai repris une alimentation à peu près normal depuis hier seulement. Je pratique cependant toujours le jeûne intermittent. Au niveau énergie, je me sens plus forte qu’avant le jeûne. Mentalement aussi. L’expression de ma créativité revient doucement mais surement. J’ai cependant encore besoin de repos. J’ai prévu de jeûner de nouveau durant les vacances d’été pour préparer la rentrée de septembre.

Si l’aventure t’intéresse, fais le moi savoir dans le petit sondage. Dès que j’aurai posé une date, je te tiendrai au courant du début du prochain challenge.

 J’apprécie lire les témoignages de gens qui ont expérimenté le jeûne. Alors si tu as déjà jeûné, partages ton expérience avec nous !

challengejeune10jourscitation-accroaubonheur

5 habitudes à prendre pour agir tous les jours

L’action n’apporte pas toujours le bonheur, mais il n’y pas de bonheur sans action. William James

Lorsqu’il s’agit de faire des changements pour améliorer notre vie, l’un des problèmes les plus importants que nous rencontrons est la difficulté à être constant.e dans nos efforts sur une longue période et à agir tous les jours dans le sens du changement que nous voulons voir dans notre vie.

S’en tenir à notre planification et agir tous les jours de façon constante – et pas seulement lorsque nous nous sentons inspiré – est la meilleure des habitudes à prendre.
En ce qui me concerne, j’ai beaucoup lutté avec ça par le passé. Et il m’arrive encore d’avoir du mal à passer à l’action et à être constante. Cependant, au cours des années, j’ai découvert 5 habitudes qui m’aident vraiment pour agir tous les jours, même lorsque j’en ai pas franchement envie.

Voici donc les 5 habitudes à prendre pour agir tous les jours qui nous permettent de reprendre confiance en soi et de préserver notre estime de soi.

5 habitudes pour agir tous les jours - ACCRO AU BONHEUR.png

1.Planifier son action dans la journée

C’est évident n’est-ce pas ? Et pourtant combien d’entre nous ne le faisons pas ? Je t’avoue : je n’étais pas une fan de to-do list car je finissais toujours par m’éparpiller dans les listes. Je n’utilisais jamais d’agenda et gardais tout en mémoire. Cependant j’ai fini par plier lorsque j’ai pris conscience de la puissance d’écrire sur papier son emploi du temps heure par heure. Depuis je suis devenue plus productive. Lorsque tu définis un objectif principal décline le en 3 actions maximum que tu appliqueras tous les jours jusqu’à l’obtention de tes résultats. Planifie les dans le temps en leur attribuant un horaire précis. Et passe à l’action ! Donc à ton agenda ou ton Bujo !

2.Se demander « Pourquoi je le fais ? »

C’est la première question que tu devrais te poser après avoir clairement défini l’action à entreprendre. Donner du sens à ton action est beaucoup plus motivant que d’agir sans savoir pourquoi. Définir les raisons pour lesquelles tu fais ce que tu fais te permet aussi de ne pas perdre de vue l’objectif initial et ainsi de rester concentré.e.

3.Se concentrer uniquement sur le processus

Cette habitude est la plus difficile à prendre. Lorsque nous décidons par exemple de faire du sport 1 heure par jour ou de perdre 10 kg en deux mois, nous avons tous tendance à nous focaliser sur l’objectif final avec le risque de se sentir submergé.e par la tâche à accomplir. Surtout si les choses n’avancent pas aussi vite que prévu.

Au fil du temps, j’ai compris qu’une fois l’objectif final défini, il est important de lâcher prise pour se concentrer uniquement sur le processus d’action. Peut-être que tu arriveras à atteindre ton objectif en temps et en heure, ou peut-être il te faudra plus de temps. Le plus important c’est d’être dans l’action.

Ta responsabilité est de faire ton heure d’exercice physique tous les jours ou de suivre ton rééquilibrage alimentaire jusqu’à obtenir des résultats. En apprenant à te concentrer uniquement sur le processus, tu te rendras vite compte que tu te mettras beaucoup moins de pression et que tu seras beaucoup plus détendu et enclin à continuer.

4.Faire un petit pas

Mettre en place de nouvelles habitudes pour la vie demande de vaincre le cercle vicieux de la procrastination qui naît du manque de confiance en soi.
Certains jours, s’atteler à une tâche importante peut sembler décourageant. L’envie de remettre à demain est forte. Quand cela arrive, pour surmonter la déprime et rester motiver, une chose qui a fonctionné pour moi est de faire un petit pas en avant. Par exemple, au lieu de travailler 30 minutes sur la tâche importante définie, je travaille cinq minutes minimum à quinze minutes maximum. Certes, ce sera moins que prévu initialement mais j’aurai agi. Ce qui est plus important que le fait de rester immobile.

Citation Léonard de Vinci - ACCROAUBONHEUR (1).png

5. Célébrer ce que j’ai fait aujourd’hui

J’ai pris l’habitude de me féliciter de ce que j’ai fait dans ma journée. J’en parle d’ailleurs avec plaisir avec mon conjoint. Lorsque nous apprécions ce que nous avons fait dans notre journée, nous nous sentons encore mieux dans notre vie. Et au fil du temps, agir tous les jours avec moins de résistance intérieure devient possible car nous associons l’action à des émotions positives et au bien-être. Un vrai boost pour notre confiance en soi.

Alors….

Prends deux minutes à la fin de chacune de tes journées pour réfléchir à ce que tu as apprécié de ce que tu as fait aujourd’hui. Ou écris quelques mots d’auto-appréciation dans ton journal personnel. Et n’oublie pas d’être gentil.le avec toi-même pour les choses que tu n’as pas faite. Vois ce que tu peux en déduire aujourd’hui pour mettre en oeuvre autrement demain. Il est important de savoir relativiser ses échecs et rester positif.

Alors quelle habitude vas-tu mettre en place dès aujourd’hui ?

Je te dis à bientôt.

[L’Envers du Décor] Ce que j’aime faire en Hiver

Aujourd’hui, je me prête de nouveau à l’écriture d’un article participant au rendez-vous mensuel de « l’Envers du Décor ».

Le concept de « l’Envers du Décor »

Il s’agit d’un rendez-vous virtuel dans lequel nous parlons des coulisses de la vie de blogueur.se à travers un thème pré-établi. Pour plus d’information, je te laisse découvrir le concept à travers les mots de la créatrice Virginie, rédactrice du blog Sur un petit nuage et créatrice du rendez-vous (lire l’article de Virginie ici!).

Ce que j'aime faire en hiver - Accro Au Bonheur.png

Ce que j’aime faire l’hiver…

1) Rester calme, planifier et se former

L’hiver est une saison qui chevauche deux années : la fin de l’année avec son lot de célébrations familiales et le début d’année avec ses nombreuses résolutions. En ce sens elle est à mes yeux une période de transition importante.

Comme l’ours, j’ai l’impression intérieurement d’entrer dans une période d’hibernation. Les idées de projets fusent mais demandent à être réfléchies et peaufinées.

L’hiver est la saison où je prends le temps de poser les bases de l’année qui va se dérouler et donc les trois premiers mois de l’année sont toujours une période de concentration sur soi et de calme. Je suis une enfant du printemps et j’ai l’impression de m’ouvrir complètement au monde qu’à partir de cette période, avec toute l’énergie dont j’ai besoin, pour mener à bien la plupart de mes objectifs. Donc j’utilise l’hiver à profit pour planifier les 9 prochains mois à partir d’avril et me former.

Actuellement, en plus de mon travail salariée, je me forme à l’art-thérapie et au coaching en psychologie positive pour enrichir les connaissances que j’ai acquise lors de de ma formation en hypnothérapie et mes études de master en psychologie ; ainsi qu’à des outils pour m’améliorer au niveau du blogging et de l’organisation, autant au niveau professionnel que personnel.

2) Tricoter

Je suis une totale amatrice. J’ai découvert l’activité grâce à ma belle-mère et la tante de mon conjoint lors de ma première grossesse. Cette activité est un trésor et je regrette de ne pas la pratiquer plus souvent. Savais-tu que le tricot apaise en stimulant les zones cérébrales activées lorsque tu médites? Selon Monica Baird, spécialisée dans les études sur la douleur, le tricot est un véritable remède contre le stress, la douleur et un outil bien-être ! 

Au fil des années, j’ai observé que mon rythme se calquait avec celui de la nature et je ne me force plus à démarrer de gros projets pendant l’hiver. J’attends dès lors que mon énergie remonte. Et je profite de ce que j’ai déjà avec une bonne tasse de café ou de chocolat noir.

Et toi, qu’aimes-tu faire l’hiver ?

26055773_1966779076976800_809851473350266203_n (1).jpg

 

Et si tu t’occupais de toi ?

Et si on s'occupait de soi _ - ACCRO AU BONHEUR.png

Comme tu le sais, j’ai pris le chemin du travail. Ma classe compte 30 élèves dont une partie a une facilité déconcertante à regarder ce que fait l’autre ou à le dénoncer pour des choses aussi futiles que le fait de mâcher son crayon ou encore d’avoir fait tombé son équerre et ne pas l’avoir ramassé à la minute. De quoi me rendre chèvre !

Il était important pour moi de trouver une solution et, cette semaine, je leur ai mis en place une « boîte à fayotage » dans laquelle les élèves peuvent m’écrire tout ce qu’ils veulent me dire pour premièrement éviter d’être interrompue parfois pour rien pendant un cours, et deuxièmement pour qu’ils réfléchissent à la nature de l’information qu’ils veulent me transmettre : est-ce nécessaire de l’écrire ou non ?

J’avoue avoir été agréablement surprise de la rapidité avec laquelle les élèves se sont saisis du concept et dès vendredi, j’ai pu constater qu’ils s’auto-régulaient entre eux et s’encourageaient mutuellement à utiliser la boîte au lieu de m’interrompre.

Je n’ai pu m’empêcher cependant de m’interroger sur cette forte tendance au fayotage et au plaisir que certain.e.s pouvaient prendre à dénoncer les travers de l’autre. Et je me suis rendue compte que de nombreux adultes avait cette tendance.

Combien de fois me suis-je entendue leur dire : « mêle toi de tes affaires ! » ? Je l’ignore mais c’était déjà beaucoup trop pour m’avoir marqué.

Pourquoi avons nous tendance à nous préoccuper autant de ce que font les autres ?

La réponse, c’est une discussion avec une amie qui me l’a donné.

Elle est simple : nous avons une soif parfois dysfonctionnelle de plaire aux autres et une fâcheuse tendance (souvent inconsciente) à se comparer aux autres, d’avoir l’autre pour référence.

Je le dis à mes élèves : comment veux-tu être le meilleur ou la meilleure de toi-même si tu passes ton temps à regarder ce que fait l’autre ?

Certains finissaient même par être en retard dans leurs travaux, tellement ils étaient distraits et occupés à regarder ce qu’il se passait chez le voisin. Et dans la vraie vie c’est pareil : certains vivent à travers les autres au lieu d’avancer dans leur propre vie. Ils seront les premiers à se plaindre et à vous donner des excuses sur le pourquoi ils n’ont pas  eu le temps de fait ci ou ça, alors qu’en réalité, ils étaient trop occupés à regarder la vie de leur voisin.e et la juger.

Si l’on veut être soi, c’est-à-dire se connaître soi…Si l’on veut construire et réussir sa vie de manière satisfaisante, il est essentiel de focaliser son énergie sur soi et non sur l’autre. Ton point de référence se doit d’être toi.

A moins que l’autre sollicite ton attention, occupes toi de toi ! Et tu seras plus heureux.se. Oui, ce n’est pas facile…Surtout quand on t’a appris toute ta vie à regarder l’autre, à te comparer à lui, à le prendre comme un point de référence pour ton avancement dans la vie. Mais c’est une démarche essentielle.

Alors es-tu prêt.e à t’occuper de toi ?

Si toi aussi tu penses que s’occuper de soi et moins des affaires des autres est essentiel pour avoir une vie plus épanouie, je te remercie de partager cet article autour de toi et de relater ton expérience en commentaire ! 

pexels-photo-333529.jpeg

 

 

Crédits photos : Kasuma / Chevanon Photography from Pexels 

[MES PETITS BONHEURS #1] Pourquoi Tenir Un Journal ?

Tenir un journal - ACCROAUBONHEUR.pngJ’aimerai te parler d’une routine que je pratique tous les jours : celle d’écrire dans un journal chaque matin et parfois même le soir.

J’ai toujours aimé écrire et pourtant je n’ai pas toujours tenu un journal. Enfant, j’écrivais dans un cahier mes histoires imaginaires. Rarement, je parlais de ce que je ressentais sauf sous forme d’histoires. J’ai redécouvert le pouvoir du journal intime il y a 10 ans quand j’ai commencé à tomber en dépression. Ma vie me paraissait n’avoir aucun sens. Je ne comprenais pas pourquoi je n’arrivais pas à avancer vers mes projets et à être heureuse tout simplement dans mon quotidien.

J’ai toujours été proche de ma voix intérieure même lorsque j’étais en crise. Et dans les moments les plus sombres, elle me rappelait d’écrire. De Lui écrire. Au départ, j’étais réticente à écouter. Je commençais puis dès que je ressentais un mieux, j’arrêtais.

Aujourd’hui, j’ai cessé de faire le yoyo avec le fait de tenir un journal. Je l’ai adopté comme une routine de vie – ne pas écrire dans mon journal serait comme ne pas se laver ou ne pas se brosser les dents, tu vois ?

Un espace de parole libérée

Tenir un journal, c’est se donner un espace de parole libérée. A part le psychothérapeute ou le psychologue, voire notre meilleur.e ami.e, il y a très peu d’espace où nous pouvons librement exprimer ce que nous ressentons vraiment sans aucune honte ni culpabilité. Or nous avons besoin cet espace constructif et l’écriture d’un journal nous donne cette opportunité.

Tu me diras que ce n’est pas la même chose que parler avec un.e ami.e et c’est vrai ! Mais je vais te confier un secret : tenir un journal est même plus puissant que de parler avec un.e ami de ses problèmes ou de ce que l’on ressent, car tu as l’opportunité de devenir ton/ta meilleur/e ami/e. La pratique du journal t’invite à créer une relation exclusive avec toi-même et à te retrouver en toute authenticité. Tu apprends à te connaître et c’est la définition même de la confiance en soi. Nous sommes tellement nombreux à nous mésestimer or, avoir confiance en soi est la base pour pouvoir avoir des relations saines avec les autres. A travers le fait de tenir un journal, tu as là l’opportunité de construire une solide confiance en toi en ne dépensant pas un sou (ou presque !).

Inspiration et productivité

Grâce à la pratique du journaling, je suis plus inspirée et plus productive dans la journée. Dans mon journal, je ne parle pas que de ce que je ressens. Je parle aussi de ce que j’aimerai mettre en place dans la journée, dans la semaine, voire le mois ou l’année. Je transmets à mon intérieur ma vision de la journée idéale. Et très souvent, je ne peux que me rendre compte le soir venu que j’ai vécu une journée très proche de celle que j’ai imaginé le matin ou la veille.

Tenir un journal, c’est ouvrir la porte à notre créativité que nous avons trop souvent tendance à brimer. Ce dialogue intérieur avec toi-même que tu instaures chaque jour renforce ton sentiment de puissance et augmente ta capacité à créer ta vie et ça c’est tout simplement magique !

Journaling - ACCROAUBONHEUR (4)

S’aligner avec qui l’on est vraiment

Enfin, tenir un journal te réaligne avec toi-même. Comme je te l’ai dit, c’est dans mes moments de grande confusion que j’ai renoué avec la pratique du journal et que j’en ai découvert les véritables bienfaits. Quand un.e ami.e me dit être perdu.e ou déprimé.e, c’est la première chose que je lui conseille : « Tiens un journal ! 3 pages seulement chaque jour. Même quelques lignes. Et tu verras un changement se produire. ». Et il est rare que j’entende que ça ne fonctionne pas. Le plus difficile, c’est d’en faire une routine – mais une fois qu’elle est là, quand on rate une journée de conversation avec soi-même : on le ressent. Je ne peux que te souhaiter de tenter cette pratique et d’en voir les bienfaits dans ta propre vie.

Quant à moi, c’est l’essentiel que je voulais te transmettre aujourd’hui. J’espère t’avoir suffisamment inspiré pour tenter l’expérience. Si toi aussi tu penses que tenir un journal peut faire du bien, je te remercie de partager cet article autour de toi et de relater ton expérience en commentaire ! 

A très bientôt.

Crédits photos – pexels

3 façons d’échouer son année

3 façons d'échouer son année - ACCRO AU BONHEUR.png
Photo by John Paul Tyrone Fernandez – Pexels

Bonne et heureuse année 2018 !

J’espère que vous avez passé un agréable réveillon !

Je suis heureuse d’être en 2018. Non pas que je n’ai pas aimé 2017, bien au contraire ! J’ai réalisé tous mes objectifs principaux mais maintenant, j’aimerai passé à la suite. Et vous ? Avez-vous fait vos résolutions ? Comment comptez-vous les réaliser ?

Nous sommes nombreux à prendre nos résolutions pour des vœux au Père Noël…Bref, on y croit pas vraiment. Alors comment réussir à réaliser nos résolutions (si celles-ci nous tiennent vraiment à cœur) et réussir notre année ?

En étant conscient des 3 stratégies que l’on utilise pour échouer son année.

1.Avoir trop d’objectifs

Je ne sais pas vous mais il y a quelques années, lorsque je prenais des résolutions, la liste était longue…très longue. Evidemment, il y a toujours plein de choses qu’on peut améliorer dans sa vie cependant, avoir trop d’objectifs à atteindre (perdre 40 kilos, arrêter de râler, faire le concours de bikini dans 6 mois, lire 3 livres par semaine…) c’est la meilleure manière de s’auto-saboter.  Nous sommes tellement exigeants avec nous-même. Nous nous mettons tellement la pression que la liste de nos résolutions est souvent trop longue. Or au fur et à mesure que passent les semaines et les mois de l’année, vous perdez le cap. Vous perdez confiance en vous.

Comment y remédier ?

Je vous invite à regarder votre liste de résolutions – si vous ne l’avez pas encore écrite faite le maintenant ! – et choisissez entre 3 et 5 gros objectifs maximum à réaliser cette année. Faîtes de ceux-là une priorité pour cette année. Les 15 autres objectifs gardez les au chaud pour les réaliser dans les  années à venir.

2.Ne pas décider

Je me rappelle, lorsque je prenais mes résolutions au nouvel an, non seulement je ne les écrivais pas mais en plus, je n’avais aucune stratégie en tête pour les réaliser. C’était finalement une sorte de dialogue intérieure du type « oh je devrais perdre du poids cette année!…Oh faudrait que je fasse de la méditation plus régulièrement! Ah oui, je devrais appeler mes ami.e.s plus souvent »…Vous l’aurez compris, ce n’était rien de constructif. Jusqu’au jour où j’ai compris que je ne décidai jamais vraiment de réaliser mes résolutions. Elles étaient là flottantes mais je ne me sentais pas capable inconsciemment de les réaliser.

Comment j’ai remédié à cela ?

J’ai décidé que je réussirai à les réaliser. Il est important de décider qui vous allez devenir dans l’année, d’en avoir une image claire et de la nourrir régulièrement afin d’imprimer votre esprit et le convaincre que c’est ce que vous voulez. Toutes les actions que vous prenez sont en fonction de vos croyances. Si vous ne décider pas de réaliser coûte que coûte vos résolutions, vous n’aurez pas la motivation intérieure pour y arriver. Voici une de mes affirmations préférées pour montrer à mon mental que j’ai décidé :

« Sarah, tu vas réaliser toutes tes résolutions de l’année et tu vas faire tout ce qu’il faut pour y arriver de la meilleure des façons ! « 

Acceptez que cela prendra du temps. Le temps joue en votre faveur : ce n’est pas une contrainte. Nous sommes tellement pressés d’obtenir ce que l’on veut mais c’est une mauvaise habitude qui nous pousse à nous décourager et à laisser tomber.

Décidez ! Le Temps est votre ami !

Je décide - ACCRO AU BONHEUR.png
photo from Pexels

3.Parler au lieu d’agir

Une fois que vous avez décidé que vous allez réaliser votre résolution cette année, que faîtes-vous concrètement ? Souvent vous lirez ou entendrez dans le monde du développement personnel qu’il faut afficher nos objectifs, parler de nos projets à notre entourage pour être sûr.e de tenir parole.

Bien que je sois d’accord qu’il peut être bon de parler de nos projets, je ne partage pas l’idée qu’il faille les claironner pour se sentir obligé.e de tenir parole dans leur réalisation.

En ce qui me concerne, ça ne fonctionne pas pour moi. Tout simplement parce qu’en tant que personnalité ambiverte, une grand partie de moi-même se fiche un peu de ce que pensent les autres de ma réussite ou de mes échecs.

J’ai appris à me juger à l’aune de mes critères et non pas ceux de l’extérieur, et comme je ne suis en compétition qu’avec moi-même, quel intérêt y aurait-il à faire de mes résolutions des obligations envers les autres ? D’autant plus que les gens n’ont pas tous notre meilleur intérêt à cœur et que même des personnes que l’on pense bien connaître peuvent être ambivalentes par rapport à notre réussite personnelle.

Donc que faut-il faire ?

Si parler de vos projets à votre entourage peut vous aider à avancer dans la réalisation de vos projets, faîtes-le ! Si non, taisez-vous et planifiez un premier plan d’actions consistant en premiers pas que vous ferez vers la concrétisation de vos objectifs ! Puis agissez ! Le contrat est d’abord entre vous et vous ! 

Si vous n’avez pas encore fait le bilan de votre année 2017, je vous invite à le faire ce mois de janvier en vous aidant de la liste de vos réussites et la lettre du pardon !

Je sais que ces 3 stratégies pour échouer son année ne sont pas les seules. Si vous en avez d’autres, je serai ravie de les lire dans l’espace commentaire ! 

Je vous souhaite une excellente année 2018 !

Cet article participe au Calendrier des blogueurs/blogueuses sur la te thème 2018 « les bonnes résolutions que l’on ne tient jamais. »

Affirmation positive du jour #7

Bonjour à tous et toutes !

Je vous partage une pensée positive qui m’est venue spontanément suite à la préparation de ma vidéo « faire son bilan de l’année : la lettre du pardon. »

Vous inspire-t-elle aussi ?

Je vous souhaite le meilleur.

Je m'abandonne maintenant à la vie - ACCROAUBONHEUR.png
Photo by Jeremy Bishop on Unsplash

[VLOG] Faire le bilan de son année : la Lettre du Pardon

Bilan de l'année - La Lettre du pardon - ACCRO AU BONHEUR.png

Bonnes fêtes de fin d’année à tous!

N.B. Ce billet participe au calendrier des blogueuses/blogueurs  du mois de décembre sur le thème Bilan de fin d’année.

Pardonner pour avancer.

C’est ce que j’aborde dans cette courte vidéo dans laquelle je vous présente un outil très puissant pour entamer faire ce travail de pardon et démarrer l’année suivante sur de bonnes bases ! On est parfois loin d’imaginer à quel point les blessures émotionnelles, si elles ne sont pas regardées en face et traiter, sont de véritables freins à notre avancement personnel. Cette technique vous permettra de lâcher prise et aussi de reprendre le contrôle sur votre intérieur.

Elle est à faire pour traiter une blessure de soi à soi, de soi avec l’autre, pour les projets échoués.

Et vous, comment faîtes-vous pour pardonner et lâcher prise de vos blessures émotionnelles ?

Si vous ne l’avez pas déjà fait, pensez à faire la liste de vos réussites !

 

3 bonnes raisons d’aimer l’automne

3 Bonnes Raisons d'aimer l'Automne

Toutes les saisons de l’année sont porteuses de belles qualités. Chacune d’elles à quelque chose de beau à nous offrir cependant les saisons telles que le printemps et l’automne sont celles que je préfère.

1. J’aime l’automne car c’est une saison de renouveau.

Pendant l’automne, on moissonne et on récolte les fruits de nos actions semés durant la période du printemps voire de l’hiver. Comme au printemps, nous avons l’occasion de démarrer soit sur de nouveaux projets, soit en réévaluant les anciens projets.

Il s’agit d’une période véritablement propice à l’introspection.

2. J’aime l’automne car c’est une saison qui suscite l’inspiration.

Elle a une beauté enchanteresse de par ses couleurs vives jaune-rouge-orangé, l’apparition de fleurs et fruits uniques à cette période, notamment le raisin qui permet de produire le vin qui était autrefois considéré comme la boisson des Dieux.

Les poète, les écrivains et les personnes qui ont une nature introspective vont particulièrement appréciés l’atmosphère cosy et douce dont l’automne est porteuse. Elle nous pousse à l’intériorisation et nous prépare doucement à l’hibernation de l’hiver.

3 bonnes raisons d'aimer l'automne. Accro Au Bonheur

3. J’aime l’automne car c’est une saison qui facilite le lâcher-prise.

Elle nous permet de prendre conscience de l’impermanence et de la perfection des choses et donc, si nous l’acceptons, elle nous aide à intégrer ces notions dans notre propre vie.

A travers le rythme des saisons, la Vie nous apprend à être souple, à être humble. L’automne, elle nous apprend à accepter que tout est changement, qu’il y a naissance et mort en toute chose dans un cycle quasiment sans fin. Tout changement est un renouvellement qui implique de savoir lâcher prise et faire le vide, pour laisser place à l’essentiel.

En automne, on prend son temps, on prend soin de soi.

En conclusion,

Il est vrai que cette saison peut être très inconfortable lorsque l’on s’identifie fortement avec des saisons comme l’été, voire le printemps. Dans l’esprit de beaucoup d’entre nous, l’automne rime avec temps triste, froid et humidité. Il est vrai que lorsque le temps est à la pluie, on a pas envie de sortir et de se socialiser. Or nous pouvons inviter chez soi, dans notre intimité.

L’automne nous invite à entrer en nous-mêmes, à nous recentrer sur nous-même et à prendre du temps pour nous afin de pouvoir repartir du bon pied, semer de nouvelles actions qui vont prendre racines durant l’hiver et fleurir au printemps.

Faisons comme ce que nous faisons avec les arbres : enlevons ce qui n’est pas essentiel afin de permettre une meilleure pousse, une meilleure avancée de nos projets, de notre vie et cela dans la sérénité.

3 bonnes raisons d'aimer l'automne. Accro au Bonheur

crédit photos : pexels.com